Pauvreté et handicap

Le SPF Sécurité sociale (DG Personnes handicapées et DG Soutien et Coordination politiques ) prépare, en collaboration avec le SPP IS, un ouvrage sur le thème de la relation entre pauvreté et handicap.

Présentation

Au cours d'une matinée d'étude qui aura lieu le 3 décembre, journée internationale des personnes handicapées, le professeur Koen Hermans parcourra et exposera les conclusions et les recommandations. Ensuite, lors d'une table ronde rassemblant des représentants de la société civile, nous étudierons et discuterons de la manière dont nous pouvons mettre en œuvre ces recommandations. Des décideurs politiques ont également été invités à s'exprimer.

 

 

Programme et inscription

Présentation du Livre thématique Handicap et Pauvreté en Belgique : matinée d'étude

3 Décembre Bruxelles44Centre, Passage 44, Avenue du Jardin Botanique 44, 1000 Bruxelles

  • 9 h: Accueil + café
  • 9 h 30: Mot de bienvenue par Peter Samyn, président a.i. du SPF Sécurité sociale
  • 9 h 45: Introduction par Mme Nathalie Muylle, Ministre de l'Emploi, de l'Economie et des Consommateurs, chargée de la Lutte contre la pauvreté, de l'Egalité des chances et des Personnes handicapées
  • 10 h: Objectif et méthodologie de l’ouvrage: Annabel Vanroose, Conseillère stratégique au SPF Sécurité sociale
  • 10 h 15: Messages politiques majeurs et conclusions du Livre thématique: Prof. Koen Hermans, Professeur KU Leuven
  • 11 h: Discussion en panel: représentation des organisations de la société civile, André Gubbels (Directeur général de la DGHAN), Alexandre Lesiw (président a.i. du SPP IS), Gisèle Marlière (CSNPH), Henk Van Hootegem (Service de lutte contre la pauvreté), Véronique Ghesquière (UNIA), e.a.  
  • 12 h 30: lunch

COMPLET : les inscriptions sont clôturées !

Toutes les conclusions et recommandations sont exposées et discutées de manière approfondie pendant la matinée d’étude. Vous trouvez déjà quelques exemples ci-dessous.

Quelques conclusions

  • Le problème de la pauvreté chez les personnes handicapées est un problème majeur. Les données EU-SILC montrent que le risque de pauvreté chez les personnes handicapées est nettement supérieur à celui de la population générale. L'évolution du risque de pauvreté chez les personnes handicapées suit également l'évolution globale de la population : le risque de pauvreté est plus élevé chez les personnes non actives sur le marché du travail et les personnes peu qualifiées.
  • L'écart entre les personnes handicapées et la population générale ne s'est pas réduit ces dernières années. Le risque de pauvreté n'augmente donc pas au fil des ans, mais il ne diminue pas non plus. En comparaison avec les pays voisins, la situation chez nous est nettement plus mauvaise. Les familles monoparentales sont encore plus exposées au risque de pauvreté.

Quelques recommandations

  • Relever l'allocation de remplacement de revenus (ARR) au seuil européen de pauvreté.
  • Simplifier et accélérer l'octroi d'allocations afin de réduire le risque de non-recours aux prestations sociales.
  • Participation au marché du travail : L'étude montre qu'il est extrêmement urgent de réformer le régime d'exonération dans le cadre de l’ARR. Le nouveau régime pour l’AMI peut être une source d'inspiration, mais doit d'abord faire l'objet d'une analyse d'impact approfondie.
  • Handistreaming : être attentif aux personnes handicapées dans tous les domaines politiques (Convention UNCRPD).

Thèmes

Les différents sujets ont été fixés en concertation avec le comité de pilotage. Outre la méthodologie, la politique de soutien, le non-recours aux prestations sociales et la participation au marché du travail, une attention particulière est également accordée à la discrimination, à la pauvreté et au handicap (UNIA). Tous les sujets n'ont pas pu être traités. Ainsi, les thèmes « personnes âgées et handicap » et « migrants et handicap » ne sont pas abordés. Toutefois, il existe une collaboration avec l'Observatoire bruxellois sur les questions de la sous-représentation de certains groupes et du non-recours aux prestations sociales.

Lors d'un premier symposium interne, le comité de pilotage et les auteurs ont présenté et critiqué leurs contributions respectives. Des adaptations ont été apportées sur la base de ces échanges et des remarques du comité de pilotage, jusqu'à aboutir à une version définitive.

Chaque auteur se penche en outre sur les recommandations politiques : quelles actions le monde politique peut-il à présent mettre en place sur la base de cette étude ? Lors d'un second symposium, ces recommandations ont fait l'objet de discussions internes. Koen Hermans a résumé, expliqué et incorporé les recommandations dans un chapitre de conclusion séparé.

Cette étude s'appuie sur les résultats de l'étude Handilab (2012 – e. a. Koen Hermans - NL) réalisée à la demande du SPF Sécurité sociale et financée par celui-ci. Il s'agissait à l'époque d'une enquête menée auprès de plus de 1.000 personnes handicapées sur les difficultés qu'elles rencontraient en matière de coût de la vie, de participation sociale, etc. Aucun nouveau matériel n'a été créé pour cet ouvrage ; il s'agit d'une synthèse des résultats clés qui ressortent dans différents domaines de recherche. La particularité du projet réside dans le fait qu'il rassemble des experts autour de différentes problématiques.

Contexte

Dans le cadre de ce partenariat unique entre le SPP Intégration sociale (pauvreté) et le SPF Sécurité sociale (handicap), un groupe de projet a été créé, sous l'accompagnement d'Annabel Vanroose (Conseillère stratégique, DG Soutien et coordination politiques). Le comité de rédaction interne, composé de Jean-Marc Dubois (Expert, Service Politique de lutte contre la pauvreté et Cohésion urbaine, SPP IS), Natacha Van Mechelen (Conseillère stratégique, DG Soutien et coordination politiques) et Koen Vleminckx (Conseiller général, DG Soutien et coordination politiques) (comité de rédaction interne) a en outre fait appel à Koen Hermans (professeur à la KUL et spécialiste du handicap) pour les assister sur le fond.

Un comité de pilotage, constitué d'Alexandre Lesiw (Président a.i. du SPP Intégration sociale), d'André Gubbels (Directeur général Personnes handicapées) et de Peter Samyn (Président a.i. du SPF Sécurité sociale), supervise les contributions et la communication externe. La société civile y est également représentée, notamment par Henk Vanhooteghem (Service de lutte contre la pauvreté) et Gisèle Marlière (Conseil Supérieur National des Personnes Handicapées) et par des collaborateurs du cabinet compétent.