Quelques réflexions sur la loi du 26 avril 2010